Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par LDH49

Ce 20 juin place Lorraine à Angers, ce fut une journée d'expression et de fête: prises de paroles, témoignages, textes, musique, exposition et partage du repas. Merci aux réfugiés présents et aux organisateurs de cet événement.

Quelques photos de Chadia Arab témoignent de la solidarité présente au cœur de la ville d'Angers

La journée mondiale des réfugiés à Angers : 'Soyons terre d'asile'
La journée mondiale des réfugiés à Angers : 'Soyons terre d'asile'La journée mondiale des réfugiés à Angers : 'Soyons terre d'asile'

Voici le texte de la prise de parole commune

Comme chaque année depuis 10 ans, nous célébrons ce soir à Angers la Journée Mondiale des Réfugiés, Journée décidée par les Nations Unies lors du cinquantième anniversaire de la Convention de Genève qui a créé le statut international des réfugiés en 1951.

 Mais qu'est-ce qu'un ou une "réfugié-e" ? c'est une personne qui n'a pas choisi de s'exiler, mais qui a été contrainte de quitter son pays pour échapper à la persécution, parfois même au risque d'être tuée, et qui ne peut donc pas y revenir. Le réfugié est donc contraint de demander l'asile à un autre pays ; et tout pays civilisé a le devoir d'offrir cet asile à ceux qui le lui demandent. Le droit d'asile est un droit humain essentiel proclamé dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme.

Chaque année, on choisit un slogan pour cette Journée. L'an dernier, c'était [y a-t-il quelqu'un qui s'en souvient ?......] c'était : "OSONS LA SOLIDARITÉ !". Cette année, c'est : "SOYONS TERRE D'ASILE !" Oui, nous voulons une France terre d'asile, nous voulons une France généreuse et accueillante à ceux qui frappent à sa porte parce qu'ils l'aiment et qu'ils l'ont choisie pour s'y reconstruire une nouvelle vie. Et puis, donner asile, si c'est un cadeau qu'on offre, c'est aussi et d'abord une obligation morale pour un pays riche comme le nôtre vis à vis de tous ces pays bien moins riches que nous qui, comme le Pakistan, le Liban ou l'Ethiopie, accueillent 20 ou 50 fois plus de réfugiés que nous et qui bien sûr ne peuvent pas répondre correctement à leurs besoins.

Notre soirée est organisée par 19 associations angevines que vous trouvez au dos du flyer : 14 qui sont réunies dans la coordination migrants 49, auxquelles se sont jointes 3 autres associations de soutien aux réfugiés, mais aussi deux associations de réfugiés d'Angers : AFELDA, qui rassemble des Erythréens et SOLIDARITÉ FRANCE-SOUDAN qui rassemble des Soudanais et des Français. Nous sommes heureux de les avoir à nos côtés pour animer la soirée. Sur les panneaux, vous pourrez voir les actions menées par chacune.

Cette fête des réfugiés 2017 à Angers, nous la voulons joyeuse, conviviale et belle, donc pleine de musiques, de chants, de poèmes, de jeux, de rencontres, de belles photos et aussi de tableaux peints par des élèves migrants de la Petite Ecole. Il y aura aussi à boire et à manger pour ceux qui s'en donneront le droit ; les autres pourront emporter des repas emballés pour après la tombée de la nuit.

 Mais nous ne pouvons pourtant pas passer sous silence les situations dramatiques subies par des millions de réfugiés dans le monde, par exemple :

 - les 86% d'entre eux qui survivent dans des pays trop pauvres pour leur offrir ce qui est nécessaire à une vie digne, et dont la vie "pourrit" dans des camps ou sous des ponts.

 - les milliers de morts sur les routes de l'exil, notamment en Méditerranée, car nos pays, en leur fermant la porte, rendent ces routes pleines de dangers et de violence.

 - chez nous, en France, le traitement honteux des migrants de Calais, privés par force policière de repas, de douches et même d'eau pour des enfants assoiffés ; ou bien dans le sud, où on refuse aux migrants passés par l'Italie l'examen de leur demande d'asile ; sans parler des Erythréens, Somaliens et Afghans qui s'entassent à Paris sous le métro aérien ; et même ici, à Angers, la souffrance quotidienne de dizaines de demandeurs d'asile, seuls ou en famille, qui, faute de place pour eux dans les centres auxquels ils ont droit, errent tout le jour, attendant le soir pour savoir s'ils auront une place pour la nuit à Rouchy ou les demandeurs d’asile réfugiés qui avaient trouvé abri dans des squats et qui sont sous la menace d’une expulsion prochaine et vivent l’angoisse du lendemain.

Heureusement, il y a aussi des raisons de se réjouir puisque, là où des associations, des citoyens et leurs élus se sont mobilisés pour accueillir dignement les réfugiés, dans 99% des cas, les choses se passent bien. Rendons hommage à ces villes, ces villages et ces simples citoyens qui, dépassant la tentation du repli sur son chez soi, font le choix de l'accueil et de la générosité. Ils sont nombreux en Maine-et-Loire et nous leur adressons ce soir un chaleureux merci.

Merci aussi à la municipalité d'Angers dont les services nous ont accompagnés dans l'organisation de cette soirée et qui nous prête gracieusement les salons Curnonsky pour la conférence d'après-demain.

Nous redisons pour conclure que les réfugiés sont bienvenus chez nous et que nous devons, chacun à sa place, avec ses capacités, œuvrer à faire de la France une vraie terre d'asile.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :