Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Hayange (Moselle)

Le maire frontiste Fabien Engelmann veut retirer ses locaux au Secours Populaire qui vient en aide à de nombreux bénéficiaires en l'accusant de faire de la politique et de la « propagande pro-migrants ».


Une manifestation a eu lieu dès le 30 septembre devant le local du Secours populaire à Hayange
pour protester contre sa fermeture. (PIERRE HECKLER / MAXPPP)

Le Secours Populaire de Maine et Loire a réagi dans un communiqué

" Honte au maire d'Hayange... Jamais un élu de la République n'avait pris une telle décision.
Nos amis bénévoles d’Hayange et de Moselle nous informent que, ce vendredi 30 septembre, ils ont refusé de remettre les clefs du local à l’huissier en présence de très nombreuses personnes, notamment de familles aidées par le Comité du SPF.
C'est un crime contre la solidarité : que vont devenir les 770 personnes aidées et accueillies par le Secours populaire dans cette commune ? Des dizaines de familles monoparentales, des enfants, des personnes âgées, victimes de la pauvreté et de l'exclusion et parmi elles, plusieurs familles de réfugiés-migrants chassés de leur pays par la guerre et la misère.
N'acceptons pas cette mesure scélérate. Réagissez, en adressant un message à
mairie@ville-hayange.fr et une copie à message@secourspopulaire.fr

Le Secours populaire francais doit pouvoir continuer, à Hayange comme partout ailleurs, d'aider en toute indépendance toute personne qui a besoin d'aide, d'accueil, d'écoute, d'une solidarité au quotidien.
La haine ne passera pas. "

Boën sur Lignon (Loire)

Là, deux ans et demi après l'arrivée des réfugiés, tout va bien à Boën-sur-Lignon.
D'abord réticents, voire franchement hostiles, les habitants ont fini par s'habituer.

Stéphane Pupier, adjoint au maire de Boën déclare: "Il n'y a aucune raison d'être inquiet ! Avec le temps, les choses se font naturellement. Ca commence avec les enfants, qui se lient très naturellement. La preuve, ici, à Boën, nous sommes des gens du terroir, et tout se passe bien !"

Lire l'article de France-Bleu St Etienne par Emmanuel Grabey - 30/09/16


Réfugiés arrivant de Calais à Boën en novembre 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :