Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

La solidarité des lycéens contre l'expulsion de leur camarade

La manifestation de solidarité des élèves et professeurs avec Junior Today - qu'on nous avait annoncée à 17h - s'est tenue hier en début d'après-midi.
Ouest-France la relate dans son édition de ce jeudi 2 juin

La mobilisation

‹‹ Il est toujours là pour nous écouter quand on a des problèmes. Aujourd'hui, c'est à nous d'être là pour lui ››, souligne Ophélie Denis, 16 ans.
Lui, c'est Junior Today, 20 ans, son ami et camarade de classe en deuxième année de CAP cuisine, au lycée Simone-Veil, a Angers. Ce jeune homme est arrivé dans l’Hexagone en novembre 2012 en provenance d'Angola, pays lusophone du sud de l'Afrique. Pour fuir la guerre qui oppose la province indépendantiste de Cabinda, ou il est ne, au reste du pays. ‹‹ J'ai passé quatre mois en prison après avoir participé à des manifestations ››, raconte Junior, qui a profité d'un séjour à l'hôpital pour décamper. Seul, sans ses parents et son grand-frère, dont il n'a plus de nouvelles. Aidé par un passeur, il a rallié Paris, puis la capitale de l'Anjou, ou il a notamment  été pris en charge par l'espace Accueil de l’association Abri de la Providence. Avant de trouver une place au foyer d'hébergement des Tourelles, à Saumur. Il y vit toujours aujourd'hui.
Sans papiers, il est sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français depuis |'année dernière. Injuste pour ses camarades et ses professeurs. ‹‹ C'est un gars en or ››, s'exclame Ophélie Denis, à l'origine de la manifestation d'hier après-midi. Parties du Lycée vers 13 h 30, une centaine de personnes ont montré leur soutien à Junior jusque devant les portes de la  préfecture.
‹‹ II a appris le français avec nous, en classe. Aujourd'hui, il s'en sort très bien, notamment dans les matières professionnelles. C'est le genre d'élèves qu'on aimerait avoir plus souvent ››, assure David Baudry, professeur de français et d’histoire-géo.
Apres son GAP, Junior souhaite poursuivre sa formation avec un bac pro par alternance, en se spécialisant dans la préparation de desserts. Reste à savoir où il sera à la rentrée. Il en saura plus d'ici mercredi prochain, date à laquelle il doit être reçu à la préfecture.

Tony FABRI.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :