Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par LDH49

La mobilisation contre l’expulsion annoncée de trois squats d’Angers continue. Un nouveau rendez-vous est prévu au Jardin du Mail à Angers, ce lundi 10 avril à 18h.

Le cercle 49 fait le point sur son site : « Déjà trois soirées de mobilisation au jardin du Mail depuis mercredi dernier sous les fenêtres de la mairie à distribuer des tracts, à faire signer une pétition aux passants et à jouer aux boules pour dire non aux expulsions qui approchent à grands pas : la police est passée la semaine dernière dans les trois réquisitions angevines qui abritent en tout 120 adultes et enfants pour avertir les personnes vivant dans ces lieux qu’elles seraient expulsées très prochainement.
Destination la rue ? Les enfants sont tous scolarisés, certains parents travaillent ou sont en démarches diverses, d’autres personnes souffrent de handicaps. Toutes et tous veulent s’en sortir, et avoir un lieu de vie est indispensable pour cela.
Nous ne nous résignons pas et nous continuerons à lutter tant que ces situations perdureront. UN TOIT C’EST UN DROIT !
»

A l'occasion de la journée internationale des Roms qui a eut lieu ce 8 avril, nous rappelons qu'en 2016 les propositions de relogement n'ont concernés que 34% des expulsés. Qu'en sera-t-il à Angers ?

Dans une lettre aux préfets de 2016, Bernard Cazeneuve, alors ministre de l’intérieur soulignait que ces expulsions « visent à faire respecter le droit de propriété, mais aussi à protéger les occupants de risques liés à leur santé, à leur sécurité, ou à d'autres périls que peut engendrer l'économie de la misère

L'action de l’Etat relative aux campements illicites s’inscrit dans le respect des principes fondateurs de la République…

Il convient, au regard de ces principes, d’assurer un traitement égal et digne de toute personne en situation de détresse sociale. Il vous incombe donc, en initiant le travail le plus en amont de la décision de justice qu’il est possible, de proposer des solutions d’accompagnement en mobilisant prioritairement les moyens de droit commun de chacun des partenaires. Cela suppose, dans une logique d’anticipation et d’individualisation, l’établissement, chaque fois que possible, d’un diagnostic et la recherche de solutions d’accompagnement, dans les différents domaines concourant à l’insertion des personnes (scolarisation, santé, emploi, logement/mise à l’abri...) »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :