Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par LDH49

Manifestation du 11 novembre 2013 devant le Palais de Justice Angers

3000 personnes ont répondu à l'appel à manifester lancé par la section d'Angers après les attaques racistes contre Christiane Taubira

DISCOURS DU PRESIDENT DE LA SECTION

Vous êtes là, Citoyens d’Angers, de son agglomération, et plus largement des autres territoires de ce département. Je sais, que vous êtes là, au milieu de nous, femmes et hommes de ces pays en grande souffrance d’Afrique et d’Asie mais aussi d’Europe de l’est…. . Je sais aussi que vous êtes là, Judex, vous le Mauricien qui êtes venu il y a 2 jours au stand de la LDH au Forum des associations, pour nous dire à voix basse « je serai au rassemblement lundi ». Vous aussi Etrangers, vous faites peuple avec nous.

Tous, vous avez fait le déplacement ce soir pour exprimer fortement, plus que votre indignation, votre rejet et votre aversion profonde de toutes les formes de racismes et de discriminations : la xénophobie, l’homophobie, mais aussi l’antisémitisme, l’islamophobie, le sexisme…

Par votre présence vous restaurez, la dignité de celles et ceux qui sont humiliés à cause de leur couleur de peau .

Par votre présence vous restaurez , la dignité de celles et ceux qui sont humiliés parce qu’ils sont étrangers.

Par votre présence vous restaurez, l’image des habitants de ce département, dégradée par les propos indignes d’un député et de quelques uns de nos concitoyens adeptes de la Manif pour tous.

Si vous venez d’horizons géographiques différents, vous venez aussi d’horizons politiques et philosophiques différents. Si vous avez accepté de vous rassembler sans vos « drapeaux », avec votre coeur et votre conscience, dans cet espace ouvert et dans ce moment voulu par la LDH 49 c’est parce vous pensez que les fondamendaux républicains qui nous unissent, doivent rester le ciment de notre société. Pour autant la LDH n’a pas le monopole de la défense des Droits de l’Homme c’est nous tous qui sommes concernés.

Gens de gauche et gens de droite et du centre, vous n’avez pas à être honteux de vous côtoyer ce soir. Face à la bête immonde qui rôde autour de nous, il n’est plus temps de chercher le coupable dans le camp d’en face. Nous sommes tous responsables et comptables de notre vivre ensemble. Si par malheur demain les fleurs vénéneuses de la haine et du racisme s’épanouissaient sur le terreau des populismes, personne ne pourra dire : je ne savais pas.

Nos consciences, nos sociétés, nos territoires sont depuis trop longtemps minés par ces propos et ces actes racistes, comme l’ont été pour des décennies dans certains pays, ces zones truffées de mines antipersonnelles, qui empêchent pour longtemps le retour à la vie normale. Les poseurs de mines évoluent de plus en plus ouvertement sous nos yeux . Ils s’installent dans un sentiment d’impunité et de toute puissance.Si un jour ces mines fragmentent notre pays, nous ne pourrons pas dire comme ces adultes de la place Leclerc ce 25 octobre : nous n’avons rien vu, rien entendu.

Pour autant, nous ne sommes pas condamnés au suicide, nous avons en nous, individuellement et collectivement les ressources pour résister à la haine de l’autre . Résister est bien le terme qui doit nous réunir dans la durée. Il nous faut dépasser le stade de l’émotion et de l’indignation vertueuses, pour s’attaquer encore et toujours, à la réduction des inégalités sociales : la précarité, le mal logement, bref la pauvreté et promouvoir encore et toujours le partage des ressources et des richesses produites par le travail de tous. Il faut aussi éduquer les consciences et proposer d’autres clés de la compréhension du monde que la recherche du bouc émissaire ou de la glorification des « plus forts ».

De tous cela il faut convaincre notre voisin et le voisin de notre voisin, pour que s’efface à tout jamais, dans le plus de mémoires possibles, l’infâme devise : « travail, famille Patrie » et qu’enfin reprenne sens dans nos consciences, notre belle devise républicaine « Liberté ,Egalité, Fraternité. »

Michel CARTRON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :