Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par LDH49

Afghanistan : la FIDH se mobilise

Appel à mobilisation de la FIDH, dont la LDH est membre

Alors que les talibans reprennent le contrôle de l’Afghanistan à une vitesse étonnante, de nombreux Afghan-e-s craignent pour leur vie et leurs libertés. Les défenseurs des droits humains, les femmes militantes et professionnelles, les journalistes, les fonctionnaires et les personnes ayant travaillé avec des entités internationales sont particulièrement menacés. La FIDH, une fédération de 192 organisations de défense des droits humains de 117 pays du monde entier, dont la LDH, travaille sans relâche à l’évacuation de certains des plus éminents défenseurs des droits humains afghans, usant de son influence pour mobiliser les décideurs internationaux, et recueillant et transmettant des informations sur ce qui se passe.

Alors que les efforts d’évacuation touchent à leur fin, suite à l’annonce par plusieurs missions diplomatiques de l’arrêt de leurs vols, la FIDH appelle à la poursuite des transferts par des forces armées spécialement formées et à la protection de plusieurs activistes des droits humains de premier plan.

Jusqu’à présent, les forces militaires étrangères présentes à Kaboul n’ont pas accordé la priorité aux figures des droits humains, qui sont les premières voix que les talibans sont prêts à faire taire et qui ont été prises pour cible sans relâche. Les premières vagues d’arrestations de dirigeants de la société civile par les talibans le confirment. Nous demandons que les forces spéciales restantes soient déployées pour atteindre ces personnalités et les transporter à l’aéroport où elles pourront être évacuées en toute sécurité.

Ils ont défendu les droits humains. Maintenant, nous les défendons.

OPEN ASIA|Armanshahr, une organisation membre de la FIDH opérant en Afghanistan, a formé une génération de défenseurs des droits humains en Afghanistan. Elle a rassemblé des esprits progressistes pour mener des actions de terrain, s’est efforcée de développer une culture des droits humains, a soutenu la participation politique des femmes et a créé et saisi des plateformes pour aborder les violations des droits et les moyens de rendre des comptes aux niveaux national, régional et international. Aujourd’hui, une grande partie de son personnel – des personnes qui ont œuvré avec courage et sans relâche à la promotion des droits humains – est piégée dans le pays et risque fort d’être prise pour cible, précisément en raison de ce travail.

Le secrétariat international de la FIDH et OPEN ASIA|Armanshahr remuent ciel et terre pour les mettre en sécurité – une entreprise de grande envergure qui implique une coordination en coulisse et des efforts logistiques incessants.

« Défendre les défenseurs des droits de l’homme vulnérables est un devoir moral. Ils doivent nous aider à faire sortir ces personnes » a déclaré Guissou Jahangiri, vice-présidente de la FIDH et directrice exécutive d’OPEN ASIA-Armanshahr.

La FIDH et son organisation membre OPEN ASIA|Armanshahr mettent en lumière une série de portraits réalisés il y a plusieurs années, “Unveiling Afghanistan : The Unheard Voices of Progress”, visant à susciter la discussion et le débat sur la construction d’une société qui protège les droits des femmes et les droits humains. Quatre-vingts entretiens avec des acteurs sociaux, politiques et culturels ont été publiés dans le Huffington Post et dans le grand quotidien afghan, 8 Sobh, et OPEN ASIA (en dari). Vous pouvez trouver leurs noms et les liens vers leurs histoires ici (disponible en anglais et en dari).

OPEN ASIA|Armanshahr prépare déjà le terrain pour donner aux Afghan·e·s exilés les moyens de poursuivre leur action en faveur des droits humains, en leur offrant des espaces de travail, un soutien matériel et psychologique et les outils nécessaires pour que les défenseurs des droits humains restent unis et actifs malgré l’épreuve.

Regardez le film documentaire Afghanistan : Unveiling a never-ending tale

Plaidoyer

Avec une équipe de plaidoyer présente à Paris, Genève et Bruxelles, et des membres prêts à agir dans le monde entier, la FIDH est une voix de conscience, qui s’exprime en faveur de la protection des civils, du respect des droits humains et de la responsabilité des violations, du rétablissement de l’ordre constitutionnel et de l’établissement d’un calendrier clair en vue d’élections libres et équitables reflétant la volonté du peuple afghan.

Ces dernières semaines, des rapports ont déjà commencé à faire état de violations des droits humains dans les zones contrôlées par les talibans, notamment des attaques contre des défenseurs des droits humains et des journalistes, la fermeture d’écoles et des représailles contre des civils qui travaillaient pour le gouvernement afghan ou des gouvernements étrangers. La FIDH appelle la communauté internationale – du Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) et du Conseil des droits de l’Homme des Nations unies aux ministres des affaires étrangères et à l’Union européenne – à suivre de près la situation et à agir rapidement pour éviter une véritable catastrophe en matière de droits humains.

Justice pour l’Afghanistan

Des crimes internationaux inqualifiables ont été commis en Afghanistan, touchant des centaines de milliers de victimes. Pourtant, il n’existe pas de véritable processus de responsabilisation, y compris devant les tribunaux nationaux. C’est là que le ’tribunal de dernier recours’ a un rôle clé : en mars 2020, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale a décidé à l’unanimité d’autoriser une enquête sur les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité présumés – une décision monumentale qui a ravivé les espoirs des survivants. La FIDH – l’un des groupes de la société civile qui a plaidé pour la création d’une Cour pénale internationale – documente les crimes et plaide pour les droits des victimes et leur implication dans les processus de justice.

Compte tenu de la gravité de la crise actuelle, la FIDH exhorte la communauté internationale à faire pression sur le gouvernement de facto de l’Afghanistan pour qu’il soutienne sans équivoque l’enquête de la CPI.

Pour participer

Alors que la FIDH lutte pour les droits humains en Afghanistan par le biais d’une coordination d’urgence et d’un plaidoyer de haut niveau, une telle crise engendre des besoins humanitaires à grande échelle. Bien que nous ne soyons pas une organisation humanitaire, nous voulons faire la lumière sur le travail incroyablement important entrepris par de telles organisations – et sur les façons dont vous pouvez vous impliquer. En plus de soutenir le travail de la FIDH, consultez les organisations et initiatives suivantes qui font la différence.

    OPEN ASIA accepte les dons pour soutenir les défenseurs des droits humains et les militants des droits des femmes dans leur relocalisation.

    Médecins sans frontières (MSF) continue à fournir des soins médicaux dans les provinces de Herat, Helmand, Kandahar, Khost et Kunduz.

    Impliquez-vous pour aider les nouveaux arrivants à se sentir chez eux et intégrez-vous au programme Réaction de makesense.

    Fournir des abris d’urgence avec Utopia 56. ->http://www.utopia56.com/fr/hebergement-solidaire-avec-utopia-56] ou le Open Homes Programme de Airbnb.

    En savoir plus en regardant le documentaire en quatre parties d’ARTE Afghanistan – Pays meurtri par la guerre.

    Le Comité international de secours fournit une aide humanitaire et des secours en Afghanistan et sert les réfugiés afghans récemment arrivés et les Afghan-e-s munis de visas d’immigration spéciaux. L’IRC accepte les contributions monétaires et les dons en nature.

    Le Projet international d’aide aux réfugiés accepte les dons pour aider à fournir des services juridiques aux réfugiés afghans récemment arrivés.

    Soutien international aux médias et Comité de sécurité des journalistes afghans œuvrent pour assurer la sécurité des professionnels des médias.

    Afghanaid aide certaines des communautés les plus pauvres et les plus isolées d’Afghanistan qui ont perdu leurs maisons et leurs moyens de subsistance à cause du conflit.

    Save the Children fournit l’aide aux familles déplacées, en leur fournissant des articles vitaux tels que des vêtements pour enfants, des couvertures et des articles ménagers.

    Signer une pétition exhortant le président américain Biden à soutenir les plus vulnérables en Afghanistan et à lever les quotas de réfugiés.

    Signer une pétition exhortant le président français Emmanuel Macron à faire de la France un refuge pour les défenseurs des droits des femmes afghanes.

Le 27 août 2021

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :