Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Comme nous le précisions dans l'article précédent, le risque d'une expulsion des familles habitant au 82, chemin des Trois Paroisses aux Ponts de Cé, est imminent. Le logement appartenant au Conseil Départemental, l'Association des Jeunes de la Roseraie a demandé un rendez-vous au président, M Gillet pour tenter de trouver un compromis.

Nous osons croire que celui-ci sera possible, sans qu'il soit nécessaire de recourir à la force publique.

 

À l’attention de Monsieur le Président du Conseil départemental, M. Christian Gillet,
Conseil départemental du Maine et Loire,

Objet : Urgence d’un rendez vous au sujet des habitants de la maison des Trois paroisses.
Monsieur le président,

C’est dans l’urgence que nous sollicitons une entrevue afin de trouver un compromis sur la situation des familles habitant au 82, chemin des Trois paroisses aux Ponts de Cé, près du quartier de la Roseraie à Angers.
Vous avez sollicité une procédure d’expulsion à l’encontre des hommes, femmes, et enfants qui y vivent, sans qu’il y ait un caractère impératif d’immobilier pour le bâtiment dont le Conseil départemental est propriétaire. Nous ne sommes pas responsables du fait que l’huissier n’a pas répertorié tous les habitants alors que nous attestons de leur occupation depuis octobre 2015.

En outre, par un accompagnement bienveillant, des personnes civiles libres ainsi que des bénévoles associatifs ont considérablement amélioré la condition sociale des occupants de la maison dont certains résident à Angers depuis 2007. Cependant, il faut une période de temps supplémentaire pour l'aboutissement d'un soutien collectif en phase de réussite. Ce projet d’insertion sociale et professionnelle correspond surtout à une volonté réelle des personnes concernées. Quelques emplois dans les entreprises horticoles et arboricoles permettent d’ailleurs de nouvelles projections.

De plus, la rentrée scolaire va bientôt avoir lieu pour 7 enfants (collège, primaire, maternelle) déjà heureux de la poursuite de leur intégration à l’école républicaine. Le suivi sanitaire adapte des soins de santé pour quelques habitants [l’un est handicapé moteur), un bébé est en surveillance (détection d'un problème encéphale), et un autre a été opéré des viscères].

À la demande des habitants de la maison, une procédure DALO a été effectuée mais elle a échoué tandis qu’aucune proposition de logement n’a eu lieu. Et alors qu’il semble qu’il n’y ait aucun projet pour la maison des Trois paroisses qui est un bien publique, la contractualisation de l’occupation de la maison serait un moyen économique de participer à une action d’utilité sociale en cohérence avec vos missions de services publics d’aide aux familles en difficulté, de solidarité, et de protection de l’enfance, surtout en période de baisse de moyens financiers du Conseil départemental. Ainsi, nous trouverions un intérêt commun à la suspension de la mesure d'expulsion de la maison des Trois paroisses. Nous ne voulons pas d’une mise en danger des familles concernées par leur mise à la rue.

Alors afin de vous présenter notre projet social et culturel dans son application générale à travers la continuité de l'occupation du bâtiment sur une nouvelle période que vous pourrez déterminer, nous sollicitons un rendez vous en urgence. Si vous le désirez, ce rendez vous sera l’occasion de vous remettre une pétition de 1029 personnes et associations (dont le DAL, la LDH, Pas Sans Nous, le CSSP, Secours catholique, Voix des Rroms, Cercle 49) qui vous invitent aimablement à revoir votre position.

Espérant, dans un souci d’humanité, que vous répondrez positivement à notre attente, je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.

Daniel Blanchard, AJR
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :