Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Clémentine Denis, LDH49

Photo Courrier de l'Ouest

Lors de la rentrée politique du Rassemblement National le 6 septembre à Fréjus, Marine Le Pen se présente comme le rempart face au « naufrage sécuritaire » actuel, face à « l’incapacité totale d’Emmanuel Macron et de son gouvernement à avoir une vision en matière de lutte contre la délinquance et la criminalité ». Elle exhorte les Français à se réveiller devant l’insécurité du pays. Cette rentrée n’est qu’une répétition générale du discours continu de l’Extrême droite.

Originairement Front National, le parti a toujours été « obsédé par la pureté et la sécurité », selon Pierre Ostiguy, professeur à l’université catholique de Córdoba en Argentin, spécialiste du populisme dont il a développé une approche socioculturelle. Dans les années 1980, c’est la « demande sécuritaire » qui a justifié le vote frontiste. Son ascension électorale, l’Extrême droite la doit à la « peur du crime » dont elle a fait un « pilier ».

Nouvelle démonstration avant les élections municipales de 2020, lorsque le Rassemblement National sort un Livre blanc sur la justice et la sécurité intitulé « La sécurité partout et pour tous ». Dans la préface, la Présidente du parti déclare :

« Après le terrible constat sécuritaire, (…), ce livre blanc est le point de départ d’un sursaut et d’une reconquête (…) :
- celle de territoires gangrenés par une criminalité́ désastreuse, provoquant la fragmentation de notre société́. 
»

Dès lors, personne n’est surpris des mots employés par Marine Le Pen le 6 septembre à Fréjus. Réveillez-vous Français ! L’heure est à l’Ordre.

Et pourtant ….

Force est de constater le rôle fondamental de l’Extrême droite dans « la fragmentation de notre société ». En réalité, elle impulse encore et toujours le Désordre dans une France qu’elle qualifie de « gangrenée par l’insécurité ». Pour mettre en place ce chaos, il faut des agents, des travailleurs de terrain. L’évènement violent du mardi 8 septembre à Angers, rue Thiers, nous rappelle l’existence de ces agents, faussement tapis dans l’ombre.

En effet, cela fait plusieurs années que nous assistons à une revendication, sans pudeur, d’actes de violence de groupuscules d’inspiration néo-fasciste, des groupuscules identitaires particulièrement haineux. Il ne faut pas oublier sur ce point que le mouvement identitaire s’est idéologiquement formé au sein du Front National de la Jeunesse, les deux groupes partageant notamment un engagement nationaliste-révolutionnaire. Les différents départs des membres de ces groupuscules du Front National ne doivent pas faire illusion : en 2015, Philippe Vardon, cofondateur du Bloc identitaire, est bien présent sur la liste municipale de Marion Maréchal Le Pen. Ironie de l’histoire, les jeunes du Rassemblement National, eux-mêmes, sont devenus « Génération Nation » pour rendre hommage à « Génération Identitaire ». La « galaxie nationaliste-révolutionnaire » fonctionne plus que jamais dans un mouvement de violence pour créer le chaos.

Alors, lorsque Marine Le Pen se demande, dans le fameux Livre blanc sur la sécurité, « quel est le contenu réel de notre démocratie, si les Français ne peuvent se mouvoir sans risquer une agression ? », nous répondons qu’elle-même ignore la réponse, qu’elle-même participe à la destruction de notre démocratie.

Plus que jamais, notre droit à la sûreté garanti par la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen est en danger.

Sources (par ordre d’apparition) :

https://www.lemonde.fr/politique/article/2020/09/06/a-frejus-marine-le-pen-fustige-le-naufrage-securitaire-de-macron_6051204_823448.html

https://www.ouest-france.fr/politique/marine-le-pen/la-securite-est-un-sujet-majeur-marine-le-pen-fait-sa-rentree-ce-dimanche-a-frejus-6962202

« La révolte de ceux du bas », Entretien avec Pierre Ostiguy, Propos recueillis, le 9 mai 2019, par Arthur BorrielloAnton Jäger (Esprit 2020/4 Avril) pp. 49-60

« Les temps du vote Front national et de ses représentations », Bernard Alidières (Hérodote 2012/1 n°144) pp. 18-37

« Expliquer le sentiment d'insécurité : pression, exposition, vulnérabilité et acceptabilité », Sébastian Roché (Revue française de science politique Année 1998 48-2), pp. 274-305

https://jean-jaures.org/nos-productions/le-mouvement-identitaire-ou-la-construction-d-un-mythe-des-origines-europeennes

https://www.lepoint.fr/elections-regionales/regionales-l-ex-identitaire-philippe-vardon-sur-la-liste-de-marechal-le-pen-21-07-2015-1950489_2592.php

https://www.la-croix.com/France/Politique/sont-Identitaires-2019-07-11-1201034756

https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/06/24/le-front-national-de-la-jeunesse-change-de-nom-et-devient-generation-nation_5320420_823448.html

https://www.francetvinfo.fr/politique/marine-le-pen/portes-par-les-identitaires-les-jeunes-du-fn-se-rebaptisent-generation-nation_2817631.html

http://www.slate.fr/story/183429/bastion-social-gud-extreme-droite-radicale-ultradroite

http://www.francesoir.fr/politique-france/angers-reouverture-dun-local-dextreme-droite-radicale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :