Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par LDH49

La LDH est inquiète sur le devenir de la Miviludes. Le gouvernement précédent avait décidé son transfert au ministère de l’Intérieur, celui-ci a été confirmé par décret pris en Conseil des Ministres le 15 juillet. A ce jour ce transfert, qui n'est pas effectif, n’a jamais été justifié malgré de multiples interpellations de nombreuses associations et d’une commission sénatoriale. Pire, ce transfert se traduirait par un affaiblissement de ses moyens. Cela n’est pas acceptable.

Déjà la LDH s’est exprimée sur le sujet avant ce transfert au dernier trimestre 2019 :

Cela n’a pas suffit à ce jour.

Au nom de la LDH, Roland Biache, son secrétaire général,vient d'écrire au nouveau Premier ministre Jean Castex. Joël bigot, sénateur du Maine et Loire, l’a également interpelé.

 

Paris, le 22 juillet 2020

Objet : Miviludes

 

Monsieur le Premier ministre,

 

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) regrette profondément le projet de transfert de la  Miviludes, placée sous votre autorité, au secrétariat général du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), intégré au ministère de l’Intérieur. Comme nous l’avions exprimé à votre prédécesseur, avec de nombreuses associations et des parlementaires de quasiment toutes les familles politiques, ce transfert marque « un changement  d’orientation du gouvernement et le primat accordé à la lutte contre la radicalisation plutôt qu’à l’emprise sectaire. Faut-il le rappeler ici, la radicalisation est un phénomène récent, qui, s’il  emprunte certaines techniques de mise sous emprise au phénomène sectaire, relève de buts premiers biens différents, à savoir des objectifs géographico-économiques ».

 

Cette nouvelle donne appelle à la vigilance de la LDH, en concertation avec de nombreuses  associations, sur plusieurs points, à savoir :

  • une augmentation notable du nombre de postes de conseillers et conseillères de la mission, afin que la qualité du travail réalisé soit en adéquation avec l'ampleur de la tâche qui leur  est actuellement confiée,
  • l’octroi d’un budget fortement accru qui permette un fonctionnement correct et une  politique de prévention en accord avec l'importance grandissante du phénomène,
  • la mise à disposition de locaux leur permettant de travailler sereinement, avec un accès  direct à leurs archives, et de recevoir leurs visiteurs dans des conditions dignes, tout en préservant l'anonymat des victimes,
  • le maintien de la possibilité de contact direct avec les conseillers et conseillères de la  Miviludes, que ce soit par l’intermédiaire du site, par courrier ou par téléphone, dont les réponses circonstanciées sont très précieuses,
  • le maintien de l’acronyme « Miviludes » qui permet l’identification et la mémorisation du  rôle de cette institution,
  • le maintien du site Internet, source précieuse d’informations,
  • la sauvegarde et le secret des sources de toutes les archives, que ce soit sous la forme  papier ou numérique,
  • l'ouverture d'une réflexion de nature législative qui permette de graver la mission dans la loi et de renforcer les textes qui définissent les phénomènes d'emprise mentale afin qu'ils soient adaptés à l'évolution de la problématique, telle qu'observée aujourd'hui.

La LDH rappelle que la Miviludes doit conserver sa dimension interministérielle et rester  impérativement un des outils privilégiés de la protection que la République doit aux plus faibles et aux plus vulnérables.

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier ministre, en l’expression de ma haute considération,

Roland Biache  Secrétaire général

 

 

La Lettre de Joël Bigot, sénateur de Maine et Loire

 

Un article publié le 16 juillet sur FranceInfo titre :"Les leaders sectaires doivent danser en ce moment" : les associations expriment leur colère après le déménagement express de la Miviludes

A lire ici

De son côté Thomas Rabino dans le journal Marianne du 17 juillet titre "Lutte contre les sectes : la Miviludes déménagée en douce"

A lire ici

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :