Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par LDH49

M le Préfet de Maine et Loire a choisi d’interdire ‘toute manifestation revendicative’.

Et pourtant que ce soit à l’appel du groupe Cité Jaune encore samedi dernier, ou le 4 juin prochain d’organisations syndicales du CHU, ou encore le 5 juin de l’AFPS, il est possible de concilier prévention sanitaire et liberté de manifestation. Cela a déjà été possible dans d’autres départements comme en témoigne cette photo ci-dessous. Est-ce que désormais chaque préfet décidera localement d’accorder ou non cette liberté fondamentale du droit de manifester, même sans menaces de troubles à l’ordre public ou de risques sanitaires ?

Apparemment pour le gouvernement, consommer, déambuler, se divertir, prier ou voter : c’est oui. Protester dans la rue, c’est fermement non.

Le droit de manifester est un droit fondamental, garanti par l’article 10 de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1789 et l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’Homme. Il distingue les démocraties libérales des régimes autoritaires.

Il s’agit d’une atteinte grave. Face à quoi, la Ligue des droits de l’Homme (LDH) a décidé d’engager un recours contre l’article 7 du décret du 11 mai 2020 qui maintient cette interdiction et autorise la répression d’une liberté fondamentale.

Concernant la manifestation du samedi 30 mai. La LDH 49 n’a pas appelé à cette manifestation à laquelle ont pu participer certains de ses adhérents, mais elle défend ici le droit d’expression et de manifestation. Voir ci-dessous l’article publié ce jour dans le Courrier de l’Ouest :

 

Complément d'info

Manifestation au Parc Expo

Finalement la manifestation de samedi s'est déplacée au rond point du Parc Expo, sur la commune de Verrières en Anjou et non plus sur Angers. Malgré plusieurs passages de police, l'occupation du rond point a cette fois été tolérée. Dont acte.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :