Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par LDH49

Nous avons reçu cette lettre de l’association ‘Asile et Partage’ que nous vous partageons

 

Page Facebook

Depuis plus de 2 ans, l’association Asile et Partage est engagée dans le soutien aux jeunes exilés en résidence au lieu de vie La Vendange. Tout en veillant aux conditions de vie du groupe, l’association s’est fortement mobilisée pour permettre au plus grand nombre la scolarisation ou formation professionnelle dans une perspective d’intégration. Asile et Partage intervient également à ce niveau pour plusieurs jeunes qui « bénéficient » d’un hébergement autre que la Vendange, le plus souvent sur Angers. A cet effet en Mai 2019, une campagne d’appel à dons a été lancée auprès de différents réseaux : associatifs, militants, professionnels, amicaux, mais aussi par la création d’une cagnotte en ligne sur l’application Hello Asso. Vous pouvez encore y participer. C'est ici:

Aujourd’hui, nous souhaitons vous informer du travail entrepris et réalisé durant ces quelques mois.

 

LE VIVRE ENSEMBLE à la Vendange :

Dans un premier temps il nous a fallu stabiliser le groupe composé de 19 mineurs ou jeunes majeurs en leur offrant un hébergement le plus décent possible, organiser les couchages et le stockage des affaires personnelles. Avec l’aide de la Communauté d’Emmaüs, nous avons obtenu lits, couvertures, radiateurs, réfrigérateurs ainsi que divers meubles afin d’améliorer le quotidien, sans oublier l’achat d’un décodeur pour une télévision collective. En Juin 2019, nous avons redistribué les chambres afin de permettre à un jeune couple d’accueillir décemment la naissance du petit Franck.

Vivre ensemble n’est pas toujours une évidence. Les jeunes ont rédigé une Charte définissant les règles à respecter afin que la vie à la Vendange soit la plus fluide possible. Dorénavant elle est affichée sur le mur de la pièce commune et chacun y a apposé sa signature. Afin de les responsabiliser, un référent a été nommé à qui l’association confie une somme d’argent afin de répondre aux besoins courants du quotidien. En plus d’une rencontre hebdomadaire permettant une gestion précise des dépenses, une réunion mensuelle sur le site permet aux membres de l’association de prendre le pouls de ce collectif.

 

LES RAVITAILLEMENTS

Parmi les membres de l’association quelques-uns d’entre nous ont pris en charge l’approvisionnement en nourriture. Trois fois par semaine, nous sollicitons les Resto du Cœurs, le Secours Populaire, et la Banque Alimentaire, tous ont répondu favorablement à notre demande. Ainsi grâce à eux nous pouvons assurer 80% du ravitaillement en produits frais, (yaourts, laitages, fromages) ainsi qu’en viandes et en légumes, fruits et divers produits d’hygiènes etc…

Ce qui ne peut nous être fournis nous l’achetons sur les fonds propres de l’association. Cela peut aller des produits d’hygiènes de bases (papier toilette, brosse à dent, dentifrice etc…) aux produits alimentaires (le riz est consommé en quantité importante : Il faut prévoir environ 20 kg de riz par semaine, ainsi que des oignons, du poulet, de l’huile.)

 

LA SCOLARISATION :

En collaboration avec le Secours Catholique mais aussi avec les personnes qui se sont engagées plus particulièrement auprès d’un jeune, c’est sans doute l’objectif le plus important que nous nous soyons donnés.

Grâce aux compétences et à l’engagement de quelques personnes de l’association, nous sommes arrivés à faire prendre le chemin de l’école à une vingtaine de jeunes. En classe de 3éme préparation aux métiers pour certains ou en seconde professionnelle, d’autres en CAP dans les métiers de la restauration et du service à table, en logistique, en horticulture, service à la personne. Les élèves sont répartis aussi bien dans l’enseignement privé que dans le public. Nommons ici les lycées Wresinsky, les Buissonnets, le Cèdre, Saint Aubin La Salle, ainsi que le Lycée Chevrollier, l’Ecole de Production Agapé.... Dans leur ensemble et malgré la difficulté des apprentissages, les jeunes sont assidus et donnent toute satisfaction aux équipes pédagogiques qui ont un souci particulier pour la situation de ces jeunes. A ce jour aucun échec n’a été constaté même si des réajustements ont été nécessaires.

Nous devons ici remercier les personnes qui accompagnent ces apprenants et qui se sont portés référents pour cette année scolaire.

Pendant cette période de confinement, les jeunes poursuivent leur scolarité le plus souvent via internet. Des ordinateurs portables leur ont été fournis en début d’année scolaire. Pour d’autres, les cours version papier leur sont apportés par un membre de l’association.

 

LE SUIVI MÉDICAL ET SANITAIRE :

Hormis les pathologies liées à leur parcours pour arriver jusqu’à nous, et pour lesquelles nous avons répondu en mettant en place tous les moyens nécessaires afin qu’il soit pris en charge par le milieu hospitalier, le suivi médical est assuré le plus souvent par les médecins d’un cabinet médical voisin. Dès le début de l’épidémie de COVID 19, la plupart des jeunes ont compris l’importance et l’enjeu du confinement. Pour certains, il nous a fallu expliquer, convaincre de la nécessité de ne plus se déplacer en ville. Une équipe de Médecin de Monde est venue rencontrer tout le groupe à deux reprises : ils ont su les sensibiliser et surtout répondre à leurs interrogations et à leur anxiété. Cette coopération a été appréciée et nous pensons que le message est passé. Aucun jeune ne présente de symptôme à ce jour.

 

REMERCIEMENTS :

Durant ces douze derniers mois, beaucoup de choses ont été mises en place. Mais il reste tant à faire.

Même si l’épidémie est venue reléguer cette préoccupation à l’arrière-plan, nous savons bien que le lieu de vie La Vendange est en sursis. Mais combien de temps ?

Il nous serait impossible de conclure cette lettre d’information sans saluer les partenariats entrepris avec le Secours Catholique dans l’aide qu’il apporte au suivi administratif, judiciaire et scolaire des jeunes migrants. Au Secours Populaire, aux Resto du Cœur, à la Banque Alimentaire pour la fourniture de colis de première nécessité sans oublier les Compagnons d’Emmaüs. Sans tous ces soutiens, les défis à relever reviendraient à une mission impossible.

Merci à tous ceux qui nous ont apporter leur soutien financier. Nous espérons que ce texte leur aura permis de se rendre compte que leur don n’a pas été inutile. Si peu que nous donnions, cela permet, tel le colibri que chacun prenne sa part en humanité.

Souvent on nous pose la question, de ce dont nous avons besoin ? La liste serait longue…. Alors nous nous risquons à un inventaire à la Prévert ! :

Un (e) cuisinier (e), des bénévoles, des casseroles, des assiettes, des couverts, des torchons, de l’argent, abolir la misère, et tant d’autres choses encore.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :