Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Collectif Or de question dont la LDH est membre

Le collectif Or de question ne baisse pas la garde. Le président de la République, Emmanuel Macron a, lors de son discours tenu ce jeudi 13 février à Chamonix, affirmé assumer son choix de mettre fin au projet Montagne d’or. Mais sur le terrain, rien n’a changé. Alors que la concession minière a expiré, l’industriel est toujours sur le site et le projet en sommeil pourrait bien se réveiller à tout moment. Le gouvernement doit donner un signal clair, refuser définitivement la demande de renouvellement et mettre un terme à ces lubies industrielles qui minent l’avenir du territoire guyanais. Or de question réclame le départ de la compagnie Montagne d’or.

Depuis les annonces, cet été de l’abandon du projet minier, la compagnie Montagne d’or a déclaré qu’elle maintenait son projet. Elle est toujours sur le site et attend simplement son heure. Pour le collectif Or de question, il est clair que, malgré les déclarations du gouvernement, Montagne d’Or n’a pas dit son dernier mot. En effet, la poursuite de la construction d’infrastructures, telles que les route, pistes d’accès ou le projet de Port chimico-industriel minier, malgré la farouche opposition des autorités autochtones riveraines, et les autres projets de l’ouest guyanais, semblent indiquer que tout continue comme si la parole du gouvernement n’était pas pris au sérieux !

Pourtant la concession minière sur laquelle la compagnie Montagne d’Or est installée a expiré depuis le 31 décembre 2018. L’industriel a demandé la prolongation de cette concession. Le silence gardé par l’administration a été attaqué par Montagne d’Or devant le tribunal administratif de Cayenne. Rien n’est encore scellé et l’industriel n’est pas du tout découragé par les propos du président.

Or, cette situation n’est plus tolérable. Nous n’acceptons pas que le président Macron puisse s’attribuer l’abandon du projet Montagne d’Or, alors qu’il en a été un des premiers défenseurs et que seul l’acharnement de plusieurs années de mobilisation citoyenne a permis d’obtenir une prise de conscience de la part de ce gouvernement. Les déclarations ne suffisent plus, il faut mettre un terme à ce pillage qui se moque bien des enjeux climatiques et de la disparition de la biodiversité.

Or de question demande le rejet ferme et définitif de la demande de concession de la compagnie Montagne d’Or et son départ immédiat du site.

Cayenne, le 17 février 2020

Télécharger le communiqué en format PDF

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :