Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par LDH49

La section LDH 49 relaie l’appel à cette manifestation organisée par des militants politiques du Parti Front Populaire Classique, parti d’opposition

Manifestation, samedi 18 août, place de la République à Rennes contre le système politique en Azerbaïdjan. | OUEST-FRANCE

Manifestation "LIBERTÉ!"

Samedi 14 septembre entre 14h et 16h

Jardin du Mail Angers

En Azerbaïdjan, "Droits de l'homme et libertés" et "Prisonniers politiques" sont l'un des sujets les plus pressants et "douloureux".

Les organisations internationales, les activistes locaux et la sociécivile ont toujours été préoccupés par les droits de l'homme et les libertés fondamentales, ainsi que par le nombre de prisonniers politiques.

En général, des milliers de personnes en Azerbaïdjan ont été arrêtées au cours des dernières années sans aucune base légale, soumises à des brutalités particulières et à des actes de torture, au moins 30 personnes ont été battues et tuées à l'aide d'armes à feu. Cela est indiqué dans la déclaration du Comité de la pression et de la torture en date du 26.05.2019.

Malheureusement, la répression, la torture et les détentions ilgales font désormais partie intégrante de nos vies. Les arrestations illégales se poursuivent dans le pays aujourd'hui. Les militants sont soumis au harcèlement, à la persécution, aux menaces et à l'emprisonnement pour leurs opinions politiques à Bakou et dans les régions. Certains prisonniers politiques ne sont pas informés de leurs conditions de détention et ne sont pas autorisés à rencontrer leurs avocats. Certaines sources signalent que ces personnes ont été torturées. Certains des prisonniers politiques emprisonnés sont "déportés" sans raison apparente et la pression, la provocation et la torture continuent de les affliger. Certains prisonniers politiques ont de graves problèmes de santé et ne bénéficient pas de conditions normales de traitement. Le 11 mai 2019, Galib Mammadov a été emmené de son domicile au département de police de Sheki. Il a ébattu et tué à la suite de tortures brutales.

Razi Mustafayev, qui a été tué alors qu'il était dans l'armée, a été contraint de se suicider par Yelena Hajiyeva. Parviz Habibov a été battu à mort. La mort de ces personnes ne fait pas l'objet d'une enquête appropriée. En passant, les enquêtes montrent qu'au moins 30 de nos compatriotes ont été tués par la police. Les autorités sont silencieuses à ce sujet. Outre les faits énumérés, Aydin Gurbanov, âgé de 52 ans, arrêté lors de l'incident survenu à Ganja entre juillet et août 2018, est décédé le 10 juillet 2019 dans l'établissement de traitement du ministère de la Justice. Lorsqu'il a ru un diagnostic de cancer, il n'a pas été traité. Le 8 juillet, Aydin Gurbanov est tombé dans le coma. Bien que les médecins aient déclaré que sa vie avait été courte, le bureau du procureur n'avait pas satisfait la demande de la famille de Gurbanov en vue de sa libération.

En outre, lors des événements de Ganja en juillet et août 2018, 77 personnes ont été traduites en justice. Six personnes ont été tuées lors de la résistance armée. L'enquête et la surveillance du procès dans cette affaire ont montré que le verdict était sans fondement, injuste et motivé par des considérations politiques.

Le tribunal a ignoré toute preuve de la culpabilité de l'accusé et a violé les articles 28 et 46 de la Constitution azerbaïdjanaise et les articles 13 et 21.2 du Code de procédure pénale, ainsi que le droit international : 6 (2), 5 (1), 3 de la Convention euroenne des Droits de l'Homme n'ont pas enquêté sur des allégations de torture contraires à l'article 3 de la Convention, ainsi qu'à la Convention contre la torture. Nous avons organisé un manifestation appelé "Liberté!" sur la base de la liberté de union et des droits de l'homme, ainsi que des faits et arguments énumérés pour protester des arrestations ilgales, des actes de torture et des meurtres mystérieux en Azerbaïdjan. Nous demandons que les incidents soient artés et que les responsables du crime soient traduits en justice, et appelons les Rapporteurs sur l'Azerbaïdjan de la Commission des questions juridiques et des droits de l'homme de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe à prendre en compte nos exigences du rassemblement et de la libération sans condition de tous les prisonniers politiques en Azerbaïdjan!

Elchine Damirov, membre du Parti Front Populaire Classique

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :