Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par LDH49

À Djerba, en Tunisie, le Croissant rouge tunisien récupère les corps des migrants morts noyés durant la traversée de la Méditerranée. Ils sont de plus en plus nombreux. Les femmes et les enfants ne sont pas épargnés.

Mongi Slim, président du bureau régional du Croissant rouge tunisien à Zarzis : « Depuis des années on voit des cadavres revenir, mais cette fois-ci en masse, et là on s'attend à un nombre impressionnant de cadavres, on a même des sacs mortuaires pour les bébés. C’est le plus blessant »

Voilà un poème poignant de l'italien Sergio Guttilla qui parle de tous ces enfants en détresse, laissés pour compte en mer, abandonnés des États européens, à l'heure où on préfère criminaliser les ONG et bloquer les bateaux de sauvetage dans les ports, notamment italiens.

Les photos ont été diffusées sur la page Facebook de René Leucart

Si c'était ton fils
Tu remplirais la mer de navires
Et de n'importe quel drapeau.

Tu voudrais que tous ensemble
À des millions
Ils fassent un pont.
Pour le faire passer.

Attentionné,
Tu ne le laisserais jamais seul.
Tu ferais de l'ombre
Si c'était ton fils...

Si c'était ton fils
Tu remplirais la mer de navire
Et de n'importe quel drapeau.

Tu voudrais que tous ensemble
À des millions
Ils fassent un pont.
Pour le faire passer.

Attentionné,
Tu ne le laisserais jamais seul.
Tu ferais de l'ombre
Pour ne pas que brûlent ses yeux,
Le couvrir
Pour ne pas qu'il se mouille,
Des éclaboussures d'eau salée.

Si c'était ton fils, tu te jetterais à la mer,
Tu tuerais le pêcheur qui ne prête pas le bateau,
Crierais pour demander de l'aide,
 Aux portes des gouvernements qui se ferment
Pour revendiquer la vie.

Si c'était ton fils aujourd'hui, tu serais en deuil,
Tu détesterais le monde, tu détesterais les ports.
Pleins de ces vaisseaux immobiles.
Tu détesterais ceux qui les gardent inaccessibles.
A cause de qui les cris
ont toujours le goût l'eau de mer.

Si c'était ton fils, tu les appellerais.
Lâches inhumains, parce qu'ils le sont.
Ils devraient t'arrêter, te garder, te bloquer,
Tu voudrais leur casser la gueule,
Car nous sommes tous dans la même mer.

Mais ne t'inquiète pas, dans ta maison tiède.
Ce n'est pas ton fils, ce n'est pas ton fils.
Tu peux dormir tranquille
Et surtout serein.
Ce n'est pas ton fils.

Ce n'est qu'un fils de l'humanité perdue,
De l'humanité sale, qui ne fait pas de bruit.

Ce n'est pas ton fils, ce n'est pas ton fils.
Dors bien, bien sûr.
Ce n'est pas le tien.

Sergio Guttilla

 

Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’
Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’
Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’Naufrage de migrants au large de la Tunisie : ‘Et si c’était ton fils’
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :